RSS Feed
  1. avril 9, 2015 by Webmaster

    « TRAVERSÉE »

     

    invite

     

    Ghaleb BENCHEIKH

     


    Docteur ès sciences,

    de formation philosophique et théologique

     

     

     

    « Fondamentaliste et modernité »

     

     

    Conférence-débat

    Lundi 26 Mars 2018 à 20h30

    Auditorium du Conservatoire

    51, rue d’Isle – Saint-Quentin

     

     

    FONDAMENTALISME ET MODERNITE

    Y a-t-il un lien entre les deux termes ?  Si, comme on peut le penser, le fondamentalisme est de toutes les époques, il n’aurait pas grand-chose à voir avec la modernité. Mais le fondamentalisme étant  né dans le monde protestant américain au cours du XIXème siècle, il est alors possible d’envisager un  lien entre la modernité, née du siècle des Lumières, et la naissance du fondamentalisme. Faut-il voir dans ce lien  une relation de causalité,  » comme si la modernité suscitait, entretenait les attitudes fondamentalistes, ou comme si les fondamentalismes n’étaient pas vraisemblablement compréhensibles sans l’horizon de la modernité sur laquelle ils apparaissent  ».[1]

    Dans le monde protestant américain, le fondamentalisme désigne un mouvement de retour à la Bible : fidélité littérale aux textes sacrés et confiance en la parole de Dieu vont de pair et  » toute mise en cause de cette littéralité… est déjà une sorte de sacrilège et de blasphème « .[2] Toute réflexion critique à propos des Livres fondateurs est exclue et le fondamentalisme est de fait en opposition avec les valeurs présupposées de la modernité, basée notamment sur la rationalité.

    À  ce  stade  de  la  réflexion, plusieurs  questions  se  posent  et  notamment celles-ci :

    - Le fondamentalisme serait-il lié au fait religieux lui-même et y aurait-il de plus un fondamentalisme propre à chaque religion monothéiste ?
    - Les bouleversements entrainés  par  la  modernité ne sont-ils pas de nature à aviver les attitudes fondamentalistes ?
    - Ne faut-il pas tenter de discerner parmi les raisons qui font que le fondamentalisme inquiète ? Ainsi, quelles sont celles qui sont dues à l’ignorance ou à la persistance de vieilles peurs superstitieuses et quelles sont celles qui relèvent d’objectifs, économiques, financiers ou politiques contestables ?
    - Le fondamentalisme ne peut-il pas devenir un véritable danger de mort pour les religions elles-mêmes ?

    Se trouve ici posée la problématique de la relation entre raison et foi :  » Alors que le fondamentalisme, inconsciemment tributaire en cela de la modernité triomphante,  les  considère  comme  deux  ennemis  entre  lesquels  aucune conciliation n’est possible, ne faut-il pas, au contraire, penser cette relation de manière vivante et dialectique « ? [3]

    Pour nous aider dans notre réflexion, Traversée a invité Ghaleb BENCHEIKH, Docteur ès sciences, de formation philosophique et théologique. Ghaleb BENCHEIKH est président de la Conférence mondiale des religions pour la Paix. Il anime, depuis 2000, l‘émission Islam sur France 2 et produit en 2016 Questions d’Islam sur France Culture.

    Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et notamment :

    - Alors, c’est quoi l’islam ?, éd. Presses de la Renaissance, 2001.
    - L’Islam et le Judaïsme en dialogue (avec Philippe Haddad et la collaboration de Jean-Philippe Caudron), éd. de l’Atelier, 2002.
    - La laïcité au regard du Coran, éd. Presses de la Renaissance, 2005.
    - Lettre ouverte aux islamistes (avec Antoine Sfeir), Bayard, 2008.
    - Juifs, Chrétiens et Musulmans : « Ne nous faites pas dire n’importe quoi! » (avec Philippe Haddad et Jacques Arnould), Bayard 2008.
    - Le Coran, une synthèse d’introduction, Eyrolles, 2009, réédition 2015.



    [1] Paul VALADIER, Nouveaux défis du religieux en Europe. Fondamentalisme et Modernité, Autres Temps, No 38, 1993, pp. 55-62.
    [2] Idem.
    [3] Idem.